Paroisse Saint Emilien de Valence
Paroisse Saint Emilien de Valence


Histoire de Sainte Catherine
 

Naissance de la paroisse ste Catherine…
Coincée au Nord de la commune de Bourg-lès-Valence et à l’Est par le Rhône, Valence va s’étendre dans le courant du XXe siècle vers le Sud avec comme axe principal notre RN7. En 1937, Monseigneur Pic, alors évêque du diocèse, prend conscience que des quartiers sont en plein développement au Sud. Il constate qu’usines et logements sortent de terre avec rapidité au Calvaire, à la Maladière, à Valensolles…Jusqu’ici, le sanctuaire des Pères Rédemptoristes de la rue de la Cécile permettait d’apporter un soutien spirituel à ces nouveaux habitants loin de la paroisse mère. Un lieu de culte, à définition paroissiale, s’impose donc à proximité des nouveaux résidents.
Mgr Pic pressent l’abbé de Miol pour la création de cette nouvelle paroisse. L’abbé est l’homme de la situation de par son expérience antérieure et par son charisme (homme de bonté et de fermeté). Par les diverses activités paroissiales, il a su avec ses différents vicaires rassembler tous les habitants de ces quartiers différents qui n’avaient pas à l’origine de raisons tangibles à se rencontrer.
Dans l’urgence, mais en respectant les objectifs fixés, l’abbé de Miol déniche sur une petite parcelle de terrain le local désaffecté d’une petite filature de 35m de long et de 10m de large, rue Alphonse Daudet (ancienne impasse de Valensolles), faisant suite à une maison d’habitation qui deviendra le presbytère.
La première église du quartier sud est née, elle sera dédiée à Sainte Catheine Labourée de la Médaille Miraculeuse. La salle de forme parallélépipèdique régulière et sans piliers, largement éclairée sur tout un grand côté avec ses deux accès latéraux, blanchie ou peinte de la base au plafond, pourvue du mobilier d’église indispensable mais bien modeste, est très avenante. En face, l’autre mur borgne est orné d’un chemin de croix dont les planches polychromes sont l’œuvre d’un coadjuteur Rédemptoriste de Bavière, dessinateur habile auquel sont dues les illustrations du missel et du bréviaire de Pustet. En attendant une installation meilleure, car ce lieu de culte n’est que provisoire et en location, deux statues, celle de la Vierge et celle de la Bienheureuse Catherine Labourée encadrent l’autel surmonté d’un crucifix.
Le 2 février 1938, Mgr l’Evêque, lors d’une messe solennelle, bénit la chapelle et le presbytère puis le père de Miol consacre sa nouvelle paroisse à la Sainte Vierge avant de terminer la cérémonie par une vénération de la relique de la Bienheureuse. La vie paroissiale va connaître maintenant son rythme régulier avec ses trois messes du dimanche, 6H30, 8h et 10h. Et cela va durer pendant près de 19 ans sur ce site qui était provisoire avant que le curé de Miol s’engage dans une nouvelle aventure avec l’édification de l’église définitive au 226 avenue Victo Hugo qui sera consacrée par Mgr Urtasun le 11 novembre 1956.






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP